Pétition nationale – Associations menacées!

Ecrit le & classé dans Actualité.

Sport, éducation populaire, économie sociale et solidaire…Et si les collectivités territoriales n’existaient pas ?
La politique menée depuis plusieurs années par la droite au pouvoir, et particulièrement depuis 2007 par Nicolas Sarkozy, menace la vitalité associative de notre pays, ce que la gauche n’a cessé de dénoncer en exprimant, à de nombreuses reprises, ses préoccupations quant aux coups portés au mouvement sportif, à l’éducation populaire et à l’économie sociale.
La vie associative est cruciale pour notre société. Vingt millions de Français dont 14 millions de bénévoles sont membres d’une association et engagés dans la construction de projets collectifs portés par ces associations. Le désengagement cynique de l’État, la casse des services publics locaux, la baisse des moyens financiers alloués aux associations menacent l’avenir du mouvement associatif.
Les collectivités territoriales dirigées par la gauche ont pallié dans l’urgence ces mesures dévastatrices, par des politiques locales, volontaristes, responsables et soucieuses des besoins quotidiens des Français. Mais la capacité des collectivités territoriales à financer et accompagner les projets portés par le mouvement associatif est aujourd’hui mise en danger par l’étranglement financier des collectivités locales et par le projet de réforme des collectivités territoriales. Le soutien local au sport, à l’éducation populaire et à l’économie sociale et solidaire en sera gravement affecté.

Cette destruction programmée du paysage associatif justifie que tous les citoyens se mobilisent et s’y opposent.

Ensemble :
? Nous exigeons le retrait des projets territoriaux du gouvernement qui menacent la vitalité du mouvement, des valeurs et des projets associatifs ;
? Nous voulons des pouvoirs publics engagés auprès des associations, pour soutenir leurs actions, essentielles pour les Françaises et les Français.

Il faut non seulement maintenir mais aussi développer sur tout le territoire, au plus près des citoyens, le sport, l’éducation populaire, l’ensemble des services d’intérêt général portés par les associations, piliers essentiels de la cohésion sociale et de la vitalité démocratique.

SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR :
defendonsnosterritoires.fr

HES à la fédé : le 3e jeudi du mois

Ecrit le & classé dans Actualité.

hes

La France est en retard sur les questions de société. Nouvelles formes de parentalité, droit des familles homosexuelles à adopter, droit des couples mixtes formés par un étranger et une personne de nationalité française  : les débats sur ces thèmes avancent trop lentement.

A la fédé, vous pouvez en discuter avec les militants d’HES chaque 3e jeudi du mois. Ils ont, en effet, inauguré au début de l’année une permanence mensuelle pour offrir un espace d’échanges à ceux qui le souhaitent sur les sujets historiquement liées aux problématiques rencontrées par les Lesbian Gay Bi et Trans (LGBT) et sur les questions sociétales en général.

Plus d’infos sur le site d’HES

Taxe carbone : finalement abandonnée

Ecrit le & classé dans Actualité.

valerie

Valérie Galliou, membre du BF déléguée à l’environnement et aux questions énergétiques, répond à nos questions sur la taxe carbone.

Alors que le gouvernement vient d-enterrer la taxe carbone, peux-tu nous rappeler pourquoi le PS s’y était opposé  ?

Nous étions opposés au projet de taxe tel que le gouvernement l’avait conçu. Le Conseil constitutionnel lui-même l’avait décrite comme étant inefficace sur le plan écologique et injuste socialement. Ce projet mettait davantage à contribution les plus modestes que les plus riches. Le 29 décembre 2009, le Conseil constitutionnel l’a retoqué pour rupture de l’égalité devant les charges publiques car il exonérait un certain nombre d’entreprises.

Quelle est ta position sur la fiscalité écologique ?

La même que celle de Michel Rocard ou des députés socialistes qui s’étaient exprimés lors des débats à l’Assemblée nationale. Si l’objectif est de contrôler nos dépenses énergétiques et permettre l’évolution des comportements de tous, il faut que cette fiscalité soit juste. C’est pourquoi, je pense qu’il fallait instaurer une compensation réservée aux citoyens les plus modestes et soumettre toutes les entreprises à cette taxe. C’est pourquoi, comme les députés socialistes, je pense qu’il était indispensable de taxer l’électricité et les carburants de l’aviation.

Mais alors que va-t-il se passer ?

Comme l’a expliqué Benoit Hamon « hier la planète brûlait et… aujourd’hui, elle ne brûle plus ! ». Pour Sarkozy, nous n’avons plus besoin de faire cette taxe carbone.
Au texte retoqué par le Conseil constitutionnel devait succéder un nouveau projet. Mais en fait, le Gouvernement a décidé de reculer et de renvoyer cette décision à l’échelon européen.. Il va falloir attendre que l’Europe se mette d’accord à ses frontières pour envisager toute fiscalité écologique.
Le Parti socialiste salue le retrait de ce projet injuste mais regrette qu’il n’y ait rien de prévu pour une réorientation de la fiscalité en faveur de l’environnement. Aucune alternative n’est envisagée ! Au regard de l’échec de Copenhague, comment peut-on espérer que quelque chose aboutisse rapidement au niveau européen !

Collectivités : l’INSEE confirme des performances exceptionnelles

Ecrit le & classé dans Actualité.

Les chiffres de l’INSEE viennent confirmer les bons résultats de la gestion des collectivités locales. Ils contredisent massivement les mensonges de l’UMP proférés sans relâche pendant la campagne pour les régionales et pour justifier son projet de régression territoriale.

La gestion de l’Etat par le gouvernement et l’UMP est catastrophique tandis que celle des administrations locales est rigoureuse.

Le besoin de financement (part de l’investissement financée par l’endettement) des administrations locales (Régions, départements, communes…) atteint 5,6 milliards contre 8,7 milliards en 2008, soit une baisse de 35% ! Le déficit de l’Etat, en revanche, augmente de près de 112% ! Il a plus que doublé en une seule année.

Alors qu’elles ont massivement investi pour protéger les salariés de la crise et de la politique du Gouvernement, pour préparer la reprise et notre avenir, alors qu’elles sont soumises à la pression financière de l’Etat qui les étrangle financièrement, les collectivités locales ont malgré tout réussi à réduire leur recours à l’endettement de manière spectaculaire.

N. Sarkozy et son gouvernement devraient prendre exemple sur cette gestion plutôt que multiplier les mensonges sur les collectivités.

Face à un tel démenti, on attend du gouvernement qu’il reconnaisse enfin que son projet de contre-réforme territoriale va venir.

Communiqué de presse
Elisabeth Guigou, Secrétaire nationale à la réforme de l’Etat et  aux collectivités locales

Rejoignez le parti socialiste

Ecrit le & classé dans Actualité.

jadhere1

Pourquoi une campagne d’adhésion maintenant ? Parce qu’après les régionales, le PS, première force d’alternance du pays, a la responsabilité de préparer l’avenir.

Pourquoi rejoindre le PS? Parce que les socialistes ont besoin de chacun et chacune d’entre vous pour débattre, préparer notre projet, se mobiliser pour les valeurs de la gauche.

Comment faire? Il vous suffit de prendre contact avec la Fédération du Rhône – 04 78 95 98 00 – ou de vous rendre sur la page adhésion, ou bien de renvoyer ce bulletin au 10, rue de Solférino, 75007, Paris.

Combien ça coûte? Depuis 2006, l’adhésion coûte vingt euros la première année. Un barême proportionnel à votre revenu s’applique ensuite.