Pour une réforme juste et durable des retraites

Ecrit le & classé dans Actualité.

retraites-header2


 

Les retraites sont notre avenir et notre bien commun. Nous portons la responsabilité de leur donner des ressources stables et sécurisées.

Le PS propose une réforme juste, efficace et durable, à travers 4 grandes priorités :

> Garantir le niveau de vie des retraités, menacé par les réformes de 1993 et 2003, qui n’ont rien réglé.

> Faire une réforme juste, en mettant à contribution tous les revenus, y compris ceux du capital; en prenant en compte la pénibilité; en maintenant l’âge légal de départ à 60 ans.

> Faire une réforme durable, avec un financement qui pérennise notre système par répartition,

> Des garanties collectives pour davantage de choix individuels, dans un cadre universel, solidaire et protecteur qui prenne en compte les parcours personnels 

 

Nos propositions s’articulent autour de 4 piliers, vers un système universel et personnalisé.

En savoir plus…

Martine Aubry : pour une réforme juste, efficace et durable des retraites

Ecrit le & classé dans Actualité.

Invitée de France Inter ce mercredi 19 mai, Martine Aubry est revenue sur la réforme des retraites proposée par le PS : financement, emploi des seniors, prise en compte de la pénibilité, système universel et personnalisable.


Martine Aubry – France Inter
envoyé par franceinter. – L’info internationale vidéo.

Consultez les propositions du Parti socialiste, texte adopté par le Bureau national du 18 mai 2010 : Un système universel et personnalisé

1er mai : je marche avec les socialistes

Ecrit le & classé dans Actualité.

1er-mai

Le 1er mai, les socialistes seront derrières les syndicats dans toutes les manifestations en France, afin de se battre pour l’emploi, pour le pouvoir d’achat, et pour les retraites.
Rendez-vous vers 10h place Jean Macé.

Retraites : les parlementaires du Rhône ouvrent le débat et le dialogue

Ecrit le & classé dans Actualité des élu-e-s.

Auditions parlementaires – Vendredi 26 mars, la sénatrice Christiane Demontès et la députée Pascale Crozon, accompagnées de Laura Gandolfi ont reçu à la Fédé des représentants de l’UPA, de la CFDT, de la CGPME. Au menu de ces rencontres : l’avenir des retraites.

Les questions posées par les parlementaires

Comment peut-on assurer dès aujourd’hui aux plus de 50 ans la garantie du contrat passé avec eux ?
Comment peut-on redonner confiance aux jeunes, persuadés que leurs cotisations ne leur permettront pas de bénéficier d’une retraite convenable ?
Comment va-t-on régler le problème de l’emploi des séniors ?
Comment prendre en compte la pénibilité dans le calcul des droits à la retraite ?
Quelle solution pour la retraite des femmes ?

Audition de l’Union professionnelle artisanale (UPA)

Les positions et propositions de l’UPA

  1. Les leviers pour la réforme des retraites sont la durée de cotisation (41 années en 2012 puis 41,5 années) et l’égalité des régimes.
  2. L’UPA n’est pas favorable au recul de l’âge légal de 60 ans.
  3. Les entreprises ne doivent pas être plus ponctionnées qu’elles ne le sont aujourd’hui.
  4. Les régimes doivent être uniformisés.
  5. La pénibilité ne doit pas être prise en compte de manière globale car à chaque métier correspond une pénibilité particulière. Il faut aménager les conditions de travail des plus de 50 ans afin qu’ils puissent travailler dans de bonnes conditions.

Réaction – Christiane Demontès rappelle que  l’espérance de vie des hommes de 45 ans est de 10 ans de moins pour les ouvriers que pour les cadres supérieurs et que les régimes spéciaux ont tous une raison historique et sont surtout liés aux conditions de travail de certaines catégories de salariés.

Audition de la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME)

Les positions et propositions de la CGPME

  1. De manière générale, la CGPME prône un traitement des problèmes à la source, que ce soit au niveau de la pénibilité du travail, de la prise en compte des années d’études ou des années passées à s’occuper de ses enfants.
  2. Il faut remonter l’âge de la retraite.
  3. La notion d’équité est essentielle : des règles simples doivent être appliquées à tous, de la même manière.
  4. Les salariés doivent avoir les possibilités de racheter leurs années d’études, ce qui aujourd’hui est cher, difficile voire impossible dans certains cas.
  5. Concernant l’égalité entre les hommes et les femmes, les femmes ont leur place entière dans la société. Elles perçoivent un salaire complet, et ne sont en aucun cas lésées lorsqu’elles cessent leur activité pour élever leur(s) enfant(s). Concernant la question de la retraite des femmes, la CGPME est favorable à une action à la source, et non pas par compensation en fin d’activité.
  6. Il est important de maintenir les trois systèmes séparés : répartition, assurantiel et capitalisation.
  7. Une revalorisation des pensions serait une mesure contreproductive.
  8. La CGPME est favorable à une prise en compte de la pénibilité mais des outils sont nécessaires pour la mesurer. La compensation doit intervenir pendant l’exercice de l’activité pénible. Il n’est pas question d’une réparation au moment de la retraite.

Audition de laCFDT

Un constat de la CFDT
Les réformes de 1993, 2003 et 2008 ont été faites en oubliant de poser des questions majeures :
– l’évolution du monde du travail et de la précarité ;
– les carrières mixtes (activités dans le privé et le public) ;
– le cas particulier des femmes, des bas salaires, des petites retraites ;
– l’échec des négociations sur la pénibilité.

Interpellation
Christiane Demontès rappelle que la CFDT est le syndicat qui a dit « Réforme paramétrique ou réforme systémique, nous n’avons pas tranché ».

Les positions et propositions de la CFDT

  1. Il faut ouvrir le débat public, ce qui ne peut se faire en 6 mois.
  2. La décote est problématique puisqu’elle s’apparente à une double peine. Il suggère de la supprimer, en laissant le choix aux salariés de partir plutôt ou non.
  3. L’âge de 60 ans demeure l’âge légal.
  4. Avec la solidarité se pose la question de son financement : il doit reposer sur l’impôt, mais pour cela il est nécessaire de passer par une refonte du système fiscal français.

Merci à Paméla Zamoun pour ces éléments