Ecrit le .

━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━

Jeudi 17 octobre 2019

« Les membres du PS n’ont pas à arbitrer les conflits au sein de la macronie locale »

Hier soir, à l’occasion du meeting de lancement de la campagne métropolitaine de David Kimelfeld, certains membres du Parti socialiste du Rhône ont affiché leur soutien à cette candidature.

Ces soutiens sont tout aussi regrettables que ceux enregistrés en début de semaine en faveur du candidat officiel de la LREM sur la Métropole de Lyon. Pour les socialistes, l’enjeu n’est pas d’arbitrer les conflits au sein de la macronie locale mais bien de construire un projet clair avec les forces de gauche et écologistes à présenter aux citoyen.nes dans les semaines à venir.

Gérard Collomb comme David Kimelfeld disent vouloir rassembler derrière eux la gauche et les écologistes mais ne se désolidarisent pas pour autant des politiques gouvernementales. Si les politiques locales peuvent répondre en partie aux défis que la situation sociale et écologique impose, elles restent aussi tributaires des politiques nationales. On ne peut pas se revendiquer progressiste localement sans dénoncer des politiques nationales qui rompent avec la justice fiscale, font augmenter la précarité, la pauvreté, stigmatisent les réfugiés, mettent à mal le budget de la sécurité sociale, menacent les retraites et les marges de manœuvre financières des collectivités locales etc. Il y a là une incohérence profonde.

Alors que le PS travaille actuellement en interne à l’élaboration de ses propositions métropolitaines et poursuit les discussions avec ses partenaires de gauche, il aurait été préférable que ces membres du PS mettent leurs idées et leur talent au service de cette dynamique. Dans un souci de cohérence et de clarté, chacun.e devra tirer les conséquences de ses choix.

Yann Crombecque
Premier secrétaire fédéral

━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━

Laissez une réponse

  • (Se sera pas publié)