Ecrit le .

6 votes contre, 16 abstentions, 17 votes pour : voilà le vote du groupe Les Républicains (LR) sur le rapport demandant le déclassement de l’autoroute A6/A7 lors du dernier Conseil de la Métropole. Ceux-là même qui passent leur temps à accuser l’exécutif métropolitain d’absence de vision se sont donc vus dans l’incapacité de dégager une position politique commune au sein de leur propre groupe, sur un dossier pourtant essentiel.


Chance historique de réparer les méfaits d’une erreur ancienne, celle qui a voulu que la 2e plus grande agglomération de France soit traversée en son cœur par l’une des autoroutes les plus denses du territoire national, le déclassement des autoroutes A6/A7 ouvre la voie à la concrétisation d’un grand contournement de notre agglomération lyonnaise, à l’amélioration significative et durable de la qualité de l’air et de la qualité de vie de tous ses habitants.

6, 16, 17… Un vote éparpillé, à l’image d’un groupe qui montre ainsi qu’il n’a pas de position à défendre sur ce sujet majeur pour la Métropole et son avenir. Il semblerait qu’au lieu d’envisager le mandat électif métropolitain pour lequel ils ont pourtant été désignés, les élu(e)s LR n’aient regardé que leurs intérêts locaux voire particuliers, de maire ou de conseiller municipal ; oubliant ainsi l’intérêt général de nos concitoyens.

Quelques instants plus tard, même éclatement pour le vote sur l’Institut Français de Civilisation Musulmane (IFCM) : là aussi une décision importante, pleine de sens, qui vient faire appel aux valeurs que nous défendons en tant qu’élus, à notre vision du monde et de la société que nous voulons promouvoir et construire. Notre groupe a porté et défendu ce projet avec ferveur ; avec d’autant plus de ferveur que des identitaires venaient de faire irruption en salle du conseil sur fond de propos nauséabonds.

Chanceux en revanche, celui qui aura compris hier soir ce que les élu(e)s LR souhaitent pour l’avenir de notre Métropole, pour les métropolitaines et les métropolitains aujourd’hui et demain. Car en réalité, eux-mêmes semblaient ne pas le savoir. Un bien cruel conseil pour ce groupe divisé, qui a démontré son incapacité à se positionner sur les sujets métropolitains stratégiques et à assumer une décision collective auprès de nos concitoyens. Ce qui est inconciliable avec une action publique constructive.

Car l’opportunisme ne fait pas une politique. Ce sont les actes qui engagent. Après un tel spectacle, souhaitons donc qu’ils auront la décence de ne plus donner à tous des leçons de gouvernance.

Pour le groupe Socialistes et républicains métropolitains,

Anne Brugnera

Présidente

Les commentaires sont fermés.