Ecrit le .

Quelques semaines seulement après son élection, l’équipe municipale UMP de Saint Priest a pris la décision de déprogrammer une partie de la prochaine saison du Théâtre Théo Argence, théâtre municipal san priot.
Le nouveau maire a en effet estimé que malgré la qualité de la programmation et du travail fourni depuis 4 ans, aussi bien dans les murs du théâtre qu’en lien avec de nombreux acteurs sociaux, culturels et scolaires de la ville et de la région, la proposition culturelle pourtant unanimement saluée ne correspondait pas à l’attente des San Priots.
Rappelons que cette ancienne Maison du peuple, transformée en théâtre municipal, propose une programmation dans laquelle se succèdent au fil des saisons un festival de chansons, de la danse, du cirque, des spectacles pour enfants – avec notamment un axe fort sur l’égalité homme-femme – et qu’elle a récemment été labellisée « scène conventionnée pour les écritures contemporaines » pour la qualité de son travail.
L’équipe municipale fraîchement élue a pourtant décidé de détricoter la programmation tout en mettant un terme au projet de la Fabrique, partagé entre des habitants et des artistes depuis plusieurs saisons. Dans ce cadre, les projets en milieu scolaire sont également en voie de suppression. Vingt spectacles seront donc annulés, dont celui programmé dans le cadre de la très prestigieuse Biennale de la danse de notre agglomération.
Dès cette annonce, citoyens et artistes se sont mobilisés et réunis en un comité de soutien, dont le président, Alain Moreau, directeur du théâtre de Villefranche, s’est rendu jeudi 26 juin au Conseil Municipal de Saint Priest afin d’interpeller l’équipe municipale sur cette décision. C’est par l’emploi de la force que le Maire lui a répondu, l’expulsant de la salle du conseil, encadré par deux policiers municipaux.
Cette réponse démesurée, à la limite de la mise en scène, entre tristement en résonance avec le traitement réservé à la culture dans d’autres communes UMP, que ce soit à l’Opéra de Saint Etienne ou au Théâtre de Roanne. Nos conseillers municipaux d’opposition de Saint Priest, aux côtés des membres du comité de soutien, et des militants de toute la gauche ont déjà annoncé « qu’ils ne laisseraient pas faire de telles méthodes ». Une pétition est désormais en ligne, déjà signée par plus de 2000 personnes et la Région Rhône Alpes vient d’annoncer qu’elle pourrait suspendre le financement du théâtre si le projet artistique qu’il porte n’est plus incarné par un directeur et cesse de répondre aux exigences en termes de création, de diffusion et d’action culturelle.
Avec le retour de la censure dans nos établissements publics culturels, la droite signe ainsi éloquemment son retour aux manettes dans nos villes.
Signer la pétition
Voir la vidéo

Les commentaires sont fermés.