formation agenda 21

Ecrit le .

Le samedi 28 septembre, à l’initiative de la commission Développement durable, une matinée de formation s’est tenue à la Fédération PS du Rhône. Après un mot d’accueil de Sarah Peillon, secrétaire fédérale à la formation, plus d’une vingtaine de camarades, du militant désireux de s’informer au vice-président du Grand Lyon, ont participé à des échanges très denses pendant plus de trois heures, Catherine Clancy et Frédéric Vermeulin ayant la lourde charge de modérer les échanges en tâchant de tenir assez brèves les interventions de personnes passionnées par leur sujet. De nombreuses sections étaient représentées (Lyon, Villeurbanne, mais également Vaulx-en-Velin, Rillieux, Corbas, Feyzin, St Fons, Brignais, Irigny, Bron etc.).

Christian Labie, conseiller municipal de Bron, directeur de l’association Rhône-Alpes Energie Environnement, a ouvert la matinée par quelques rappels sur le développement durable, un peu plus de vingt ans après le célèbre sommet de Rio. Les agendas 21, formulés dans les années 1990, sont la déclinaison locale des engagements pris au niveau international lors du Sommet de la Terre. Depuis quelques années, un rapport développement durable annuel doit être présenté par les villes de plus de 50 000 habitants.

Julia Batista, adjointe au maire de Feyzin, a expliqué comment la question du développement durable avait été abordée dans cette commune soumise à la problématique Seveso, après un travail sur la participation citoyenne, décliné dans les six quartiers de la ville, et une formation des élus, des habitants, ainsi que des agents municipaux.

Dominique Deschamps, adjointe à la solidarité à Saint-Fons, évoque ensuite l’appartement pédagogique créé dans le quartier de l’Arsenal, en partenariat avec un bailleur social . Il s’agit d’aider des personnes à modérer leur consommation d’énergie ou d’eau, par des rendez-vous dans cet appartement avec des travailleurs sociaux.

Vient le tour de Corbas. Dominique Babe et Danielle Coste adjointes à Corbas, rappellent que l’équipe municipale de gauche, arrivée en 2008, a mis en œuvre rapidement une double démarche de démocratie participative (conseils de quartier) et d’agenda 21.

Au cœur de l’agglomération, ces thématiques sont également mises au cœur de l’action politique:

Philippe Prieto (Lyon 4e) a rappelé comment, lorsque Dominique Bolliet était maire, le plateau de la Croix-Rousse avait été le premier arrondissement d’une ville, en France, à travailler sur un projet
d’aménagement et de développement durable. Exemple concret : une recyclerie à l’étude qui permettrait de collecter des matériels usagés, de les revaloriser et de les revendre, tout en permettant une réinsertion sociale à des personnes en difficulté. Concilier l’environnement, l’économie et le social, nous voilà au cœur de ce qu’est le développement durable!

Guy Palluy, conseiller régional, arrive ensuite pour évoquer quelques enjeux de l’agriculture périurbaine: la régulation du foncier pour protéger des terres, l’aide à l’installation des jeux. Les circuits courts permettent aux agriculteurs de trouver des débouchés dans la restauration collective, certains camarades font état de telles exigences dans leurs cantines municipales.

Le développement durable, c’est aussi promouvoir des modes de transport doux et non polluants.

Dany Montois, adjointe à Villeurbanne, présente le cyclopousse pour personnes âgées. Deux véhicules de ce type permettent aux aîné-e-s de Villeurbanne de se déplacer, du mardi au vendredi,
pour une course à peine plus chère qu’un ticket TCL. L’expérience qui allie réinsertion, lien social et du lien entre générations est concluante, à tel point que les deux engins ne suffisent plus!
L’expérience s’est étendue à Lyon 3,4,5.

Gilles Vesco, vice-président du Grand Lyon en charge de la Politique des déplacements et adjoint au maire de Lyon, rappelle les enjeux sanitaires du transport routier et du diesel. L’avenir réside
dans «l’électromobilité» : l’autopartage électrique (la Bluely qui va rouler à Lyon et à Villeurbanne à partir du 10 octobre) en représente un levier. Pour les périurbains, le covoiturage s’est bien développé (10 000 inscrits dans l’agglomération), même si on peut certainement faire encore mieux!

La discussion évoque également les fameux Vélov, que les communes périphériques aimeraient bien voir gagner leur territoire à la faveur du renouvellement du contrat avec JC Decaux, dans quelques années. 6 bus hybrides sont mis en place durant un an et si cela se révèle concluant toute la flotte des bus passera à l’hybride.

Exemple de ces communes, RillieuxStéphane Fitoussi est adjoint à l’environnement. Il explique la complémentarité des délégations entre un adjoint au développement durable et un adjoint à l’environnement. Après une Charte de l’environnement élaborée dès 1997, un agenda 21 a été construit à partir de 2004. Un nouveau a été élaboré en 20013 avec un support numérique et CD.

Avant que chaque militant puisse reprendre des forces grâce à un buffet bien mérité, Christian Labie présente les enjeux liés à l’énergie et au climat: les Plans climat-énergie territoriaux peuvent être déclinés à différentes échelles, depuis l’agglomération jusqu’à la petite commune. Les questions énergétiques mobilisent l’échelon national, ce qui est parfois très médiatisé quand il s’agit d’EDF, comme l’échelon communal, moins connu mais tout aussi important (les collectivités territoriales sont, à travers leurs bâtiments publics, leur parc de véhicules, des consommatrices d’énergie). La décentralisation de la production énergétique est incontestablement un passage obligé du développement durable, à travers les centrales photovoltaïques, les unités de méthanisation, de chauffage par la biomasse. Autant de solutions techniques dont la diffusion est indispensable pour remplir les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’augmentation de la part des énergies renouvelables dans les prochaines années.

Mais l’actualité, grâce à cette matinée et au partage des expériences, sera bel et bien également dans les prochains mois, de poursuivre la dynamique développement durable en conservant les municipalités de gauche, voire en en faisant basculer certaines. Bon courage aux futur(e)s candidat(e)s!

Merci aux membres de la commission développement durable pour ce compte rendu!

Les commentaires sont fermés.