Ecrit le .

Le samedi 15 juin, la Fédération avait convié les responsables de sections du département à se réunir pour préparer les élections municipales du 9 et 16 mars 2014, l’occasion de revenir sur les principaux enjeux de ces élections et sur les derniers changements législatifs.

Animé par les secrétaires fédéraux plus particulièrement mobilisés sur ce travail de préparation à savoir, Loic Chabrier SF aux Elections, Jean Louis Ubaud, Trésorier, Cécile Michaux, SF à la Communication et Brigitte Jannot, SF au développement des sections, ce premier temps d’échange a permis de poser les bases nécessaires au bon déroulement d’une campagne et de faire un état des lieux des besoins des différentes sections. Dés novembre 2013, au lendemain des désignations des premiers des socialistes, un second temps de travail est d’ores et déjà prévu par la fédération.

La loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral refond notamment les modalités d’organisation des scrutins municipaux. Loïc Chabrier, Secrétaire Fédéral aux élections revient pour nous sur les modifications récentes de ce scrutin.

Le 17 avril dernier, les députés ont voté le projet de loi relatif à l’élection des conseillers départementaux, municipaux et communautaires. Pour les prochaines élections municipales, cette loi introduit notamment le scrutin de liste et la parité pour les communes de plus de 1 000 habitants. Afin de donner une réalité démocratique aux réalités politiques que sont devenues les structures intercommunales, les conseillers communautaires seront dorénavant élus au suffrage universel direct lors du même vote et sur le même bulletin que les conseillers municipaux.

De fait, dès les prochaines élections, pour siéger au conseil municipal dans les communes de plus de 1000 habitants, il faudra être en mesure de présenter une liste avec autant de candidats que de sièges à pourvoir, en alternant une femme et un homme. Cela implique donc une mobilisation des militants et sympathisants prêts à s’engager. Cette réforme aura notamment un impact politique en politisant d’avantage l’élection municipale dans les petites communes.

D’autre part, les électeurs seront appelés à voter pour leurs représentants au sein des structures intercommunales. Il sera donc nécessaire de les informer de ces changements et de défendre un projet pour votre intercommunalité. Les structures intercommunales possédant de plus en plus de compétences, disposer d’un maximum d’élus dans les intercommunalités sera un des enjeux majeurs des prochaines élections municipales. Pour cela, il sera nécessaire de présenter une liste, dès que possible, dans un maximum de communes.

 Enfin, l’actualité laissant à penser que nos opposants seront très mobilisés lors de ce scrutin, l’heure est donc à la mobilisation et à l’union avec nos partenaires de gauche afin de rassembler un maximum d’électeurs prêts à voter pour nos listes en mars 2014.

Les commentaires sont fermés.