Ecrit le .

Une politique des transports ambitieuse est indispensable pour la croissance, le rayonnement économique et le bien être des concitoyens de nos territoires. Elle doit savoir bien sur améliorer les transports du quotidien mais également soutenir son industrie et développer l’innovation notamment dans le domaine environnemental. Elle doit enfin offrir une bonne qualité de service en terme d’offres de mobilité, qu’elles concernent les relation internes aux territoires ou celles avec l’environnement national et international.

Dans le Rhône, de nombreux projets sont développés afin de permettre un rapprochement des territoires urbains et ruraux et une meilleure répartition des transports intra muros. L’arrivée du métro à Oullins, le développement du tram train dans les communes de l’Ouest Lyonnais accompagnent un développement international mené en partenariat avec la Région Rhône-Alpes, à travers des projets ambitieux comme les liaisons Lyon Turin, Rhin Rhône ou encore le Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL).

Le tram train : innover pour relier centralité et ruralité
par Pierre Jean Zannettacci, Maire de l’Arbresle

Inauguré en septembre dernier, le tram-train de l’Ouest lyonnais qui ouvre plus de cinquante kilomètres de ligne, est organisé autour d’un tronc commun (de la gare de Lyon-Saint-Paul à Tassin la Demi-Lune) et de trois branches à voie unique à destination de Sain-Bel, Brignais et Lozanne. Desservant un bassin de vie de 200 000 habitants, ce projet entend inverser les chiffres : à ce jour, les TER n’assurent que 6 500 des 270 000 déplacements quotidiens sur le bassin, soit seulement 3%. Conduit dans le cadre du Contrat de projet Etat-Région (CPER) 2007-2013, il représente un investissement de près de 300 millions d’euros. Pour atteindre l’objectif fixé, il s’agira également de favoriser le report modal et donc le développement de parking et de transports relais dans les communes. Pour rappel, depuis 2007, la fréquentation globale des TER rhônalpins a progressé de 18% : le projet s’inscrit dans cette volonté de voir le rail se substituer à la voiture. A terme, l’objectif est d’atteindre 13 000 voyageurs par jour en 2013 et 20 000 en 2020.

Prolongement du métro B : Oullins et le sud ouest lyonnais en ligne
par Jean Louis Ubaud, Conseiller Général

ubaud_jean_louis_largeEn 2001 suite à l’élection de Gérard Collomb à la tète du Grand Lyon et de Bernard Rivalta à celle du Sytral, l’extension de la ligne B du métro à Oullins  est inscrite dans le plan de mandat du Sytral. C’est un événement majeur pour Oullins et plus largement pour le secteur sud ouest de l’agglomération lyonnaise. La première tranche reliera par un tunnel sous le Rhône, Gerland à Oullins gare dans le quartier de la Saulaie. Ainsi, le 11 décembre 2013 (11/12/13), les habitants du sud ouest lyonnais  pourront rejoindre la Part Dieu en moins de 15 min et inversement. Ici le métro sera en liaison direct dans un pole multimodal avec le TER, une gare bus et deux parcs relais. Dès début 2014 le lien avec la ligne T1 du tram pourra se faire via la station Debourg. Un vaste projet de rénovation urbaine sera ensuite conduit autour de ce pole multimodal sur une friche SNCF de 15 hectares : un projet d’éco quartier, de logements, de commerces et d’activités est prévu par le Grand Lyon. Le quartier ancien et largement paupérisé de la Saulaie jouxte ce nouveau lieu de vie de la ville, l’arrivée du métro, du pole multimodal et du nouveau quartier représente une chance unique de redynamisation pour la Saulaie zone classée en politique de la ville depuis de nombreuses années. On le voit les enjeux autour de l’arrivée du métro sont nombreux, variés et d’importance, un véritable projet urbain pour toute une partie de notre agglomération.

De grands projets pour l’international

Le Rhône et sa Métropole sont enfin au centre de grands projets internationaux qui vont permettre leur inscription dans le réseau économique européen. La compétitivité de nos entreprises doit pouvoir s’exporter via le Rhin et les Alpes notamment par le fret ferroviaire tout en désengorgeant le goulot d’étranglement qu’est devenue la région lyonnaise. La Ligne Grande Vitesse Rhin-Rhône, la liaison Lyon-Turin et le CFAL sont des projets qui s’inscrivent durablement dans celui de dimension internationale « Magistrale Eco-Fret » qui a pour vocation de rééquilibrer l’intermodalité (le passage simple et pratique d’un mode de transport à un autre) du fret sur la route, le chemin de fer et les voies d’eau. Ces projets qui vont considérablement modifier nos modes d’échange de marchandises sont également d’important outils de développement de nos territoires, créateurs d’emploi et de richesses. La croissance annoncée de la flotte couplée à celle du trafic TGV sur l’axe Paris – Lyon – Marseille, et la mise en service prochaine de la ligne Rhin-Rhône de TGV, ont par exemple rendu indispensable, dès 2009, l’implantation à Lyon d’un nouveau Technicentre TGV sur l’axe Sud Est permettant ainsi la création de plus de 500 emplois.

Les commentaires sont fermés.