Ecrit le .

michel-belakovski-copie

Le 16 janvier à la fédération du Rhône s’est réunie la commission nationale du PS consacrée à la recherche et à l’enseignement supérieur. Une initiative qui doit beaucoup à Michel Belakhovsky.

1. Une commission nationale décentralisée en province, c’est une première ?

Oui. C’est la première fois qu’une commission nationale se réunie en province. Ce 16 janvier, on a donc marqué un point. J’espère que l’on a lancé un mouvement.
Cette commission, Bertrand Monthubert l’a décentralisée pour afficher le soutien du PS aux Régions et pour mettre en avant leur bilan à un moment crucial. La thématique de la recherche et de l’enseignement supérieur permet tout particulièrement de mettre en relief l’action forte et structurante des Régions de gauche dans cette compétence « choisie ». Je pense tout particulièrement à Roger Fougères (vice-président en charge de ces questions) dont la politique remarquable a permis à la Région Rhône-Alpes de devenir une région pionnière en France. Elle devrait faire tâche d’huile.

2. Que font les Régions en matière de recherche et d’enseignement supérieur ? Ont-elles développé une politique différente?
Au-delà de leur politique propre, les Régions pallient les manques de l’Etat. Un des meilleurs exemples est fourni par les actions en faveur des étudiants (logement, mobilité internationale etc.). Les Régions font plus que l’État ! Elles distribuent ensemble 22000 bourses. Et ici, la Région Rhône-Alpes s’illustre tout particulièrement en attribuant 11 000 bourses chaque année. Globalement, on s’aperçoit en Rhône Alpes que les financements des collectivités locales sont supérieurs à ceux de l’État. Le maintien d’un équilibre entre les territoires est un autre cheval de bataille des régions. Alors que l’État concentre tous les moyens sur quelques pôles d’excellence, les collectivités de gauche maintiennent un équilibre et favorisent le maintien des universités dans les villes moyennes. Je terminerai en illustrant mon propos par un dernier exemple. Un des objectifs qui animent l’action des Régions – et qui semble de moins en moins intéresser l’État – est la diffusion de la culture scientifique à tous, afin de développer une Société de la connaissance solidaire.

Les commentaires sont fermés.