Ecrit le .

invit1402.jpg

Mercredi 14 Février 2007 à 20h – Forum Régional « Quelles solidarités internationales? »

Salle Jean Couty Lyon 9ème (56 rue Sgt Berthet – métro D arrêt: Gorge de Loup)

Christiane Demontès et Bernard Soulage vous proposent de venir débattre de l’aide au développement des Pays du Sud, du rôle des ONG et de la gouvernance mondiale en présence de Bruno Rebelle (portrait ci dessous)

Bruno Rebelle Bruno Rebelle est né le 1er décembre 1958 à Annecy.

Après avoir obtenu son diplôme de l’école nationale vétérinaire de Lyon en 1981, il ouvre sa première clinique vétérinaire sur le plateau du Vercors en 1984. Entre-temps, il crée une organisation de solidarité internationale, « Vétérinaires sans frontières » (VSF), située à Lyon, qu’il préside et dont il devient directeur en 1991. Cette ONG vise à développer l’élevage, l’agriculture, la gestion des parcours et des ressources naturelles en Afrique, en Amérique latine et en Asie du Sud-Est. Bruno Rebelle a également assumé plusieurs mandats au sein de coalitions nationales pour représenter des ONG consacrées à l’aide et au développement.
En 1996, il quitte l’ONG qu’il a fondée et commence à travailler comme consultant privé auprès d’organisations internationales (UE, FIDA, WWF International, CARE…). Ses domaines de prédilection portent sur le développement et l’environnement, depuis le Maroc jusqu’en Ouganda, en passant par l’Inde ou le Pakistan…
En 1997, il est invité à prendre la direction de Greenpeace France. En qualité de directeur exécutif, Bruno Rebelle accompagne le développement de la branche française, qui passe de 18 000 sympathisants (fin 1997) à 65 000 (fin 2003) et dont l’image publique s’améliore grandement dans le pays.
Bruno Rebelle rejoint l’équipe de direction de Greenpeace International en août 2003. Il en est le directeur des programmes et dirige à ce titre le programme mondial et la coordination des campagnes, la communication et les activités politiques de Greenpeace partout dans le monde. Aujourd’hui, il a rejoint l’équipe de campagne de Ségolène Royal et la conseille sur les questions environnementales.

3 Réponses à “Forum Régional avec Bruno Rebelle”

  1. Mouchiroud

    Bonjour,
    Merci de votre invitation au Forum Participatif Régional. Malheureusement, je ne serai pas à Lyon ; je voyage ce jour là dans le cadre de mon association la Maison des Savoirs. Je suis vraiment désolée de rater cette occasion à débattre des thèmes proposés qui me tiennent tous à coeur, plus particulièrement celui de l’aide au développent des pays du Sud.

    Les associations et autres ONG qui oeuvrent dans les pays du Sud jouent un rôle essentiel dans le développement de ces pays. Malheureusement, beaucoup de ces associations et ONG n’ont pas souvent les moyens nécessaires pour mener à bien leurs activités.

    L’espoir que nous mettons en Ségolène Royale, c’est d’encourager les associations qui font un travail de fonds, l’aide ne doit pas se manifester uniquement dans les situations d’urgence, quand il y a des catastrophes et autres maux… Prenons juste le cas de l’immigration : si on veut limiter li’mmigration, les pays du Nord, en particulier la France en ce qui concerne l’Afrique, doit faire en sorte de créer des conditions pour que les gens restent chez eux. Quand aujourd’hui, on sait qu’en Afrique, on compte un livre pour 20 élèves en moyenne, quand aujourd’hui en Afrique francophone, on constate que ceux qui ont la chance de faire des études se tournent plus vers les Etats-Unis et non vers la France, quand aujourd’hui, on constate que la langue française n’a plus la place qu’elle devrait avoir en Afrique Francophone, on est en droit d’être inquiet. Les jeunes africains sont plein de créativité, malheureusement, le contexte et l’environnement social ne leur sont pas favorables. On continue à soutenir des régimes corrompus jusqu’à la moelle, comment peut-on parler de développement dans ce contexte?! Beaucoup en Afrique aimeraient visiter la France, consommer et repartir chez eux. Croyez-moi, personne n’a envie de venir en France en prenant les risques qu’on sait, pour être à la fin un cladestin, et vivre dans des conditions souvent inhumaines. Mais, malheureusement, malgré les risques, malgré la fin dans la plupart des cas tragique, les jeunes avec qui je discute souvent lors mes nombreux voyages en Afrique disent tous qu’ils sont conscients de ces risques, mais, qu’ils sont prêts à les prendre. Ils préfèrent rsiquer leur vie que de vivre sans espoir. Voilà ce que j’aurais dit, si j’avais pu participer à ce forum.
    Espérons que Ségolène Royale sera notre prochaine présidente, et qu’elle mettra en oeuvre la politique de son pacte présidentiel de cet après-midi.
    J’espère de tout coeur que le forum du 14 février sera un succès par le nombre de participants.
    Bon Forum à tous.
    Marie Rose Mouchiroud
    Présidente de l’Association  » La Maison des Savoirs ».

  2. Frédéric pour la fédération PS du Rhône

    Merci tant pour cette contribution que pour vos encouragements.

    Nous joindrons votre commentaire à l’ensemble des prises de paroles citoyennes et associatives qui s’exprimeront mercredi soir. Il sera donc également transmis à Ségolène Royal et à son équipe de campagne.

    Bon voyage à vous.

  3. BISSUEL Vincent

    Malheureusement je n’ai pas pu me rendre à ce forum. Pourtant le sujet me tient d’autant plus à coeur que l’une de nos fille est au Maroc, engagée avec son mari dans l’action des ONG se préoccupant des migrants « clandestins ». Personnellement je suis profondément scandalisé par le passé « françafricain » de nos dirigeants, y compris socialistes. Ségolaine Royal a l’intention de mettre en oeuvre une autre politique, s’appuyant notamment sur les ONG. Il ne faut pas se faire d’illusions, ce sera très difficile compte tenu des enjeux géopolitiques et des personnalités installées dans le système. Mais si la volonté, la transparence et la promotion de la dignité humaine sont les moteurs de l’action, les chances de réussite existent. La présentation ci-dessus de la carrière de Bruno Rebelle me réconforte. Ségolène s’appuie sur des piliers solides et autrement positifs que nombre de personnalités médiatiques ou autosatisfaites. Par comparaison je suis soulagé du départ de Eric Besson dont il me semble que le PS et sa candidate n’avaient rien à attendre de bon.