Ecrit le .

Bernard RivaltaBernard Rivalta est le Président du groupe socialiste du Conseil général et du Sytral, syndicat maître d’ouvrage de la ligne de tramway Léa (Part-Dieu-Meyzieu) qui a été inaugurée en novembre.

Voici l’interview à paraître dans le mensuel fédéral socialiste.rhone de décembre :

En quoi la mise en service de Lea est-elle emblématique ?

Il faut repartir de l’historique de Lea. En 1978, quand Villeurbanne a fait son plan d’occupation des sols, j.ai proposé qu’on inscrive la voie de chemins de fer de l’Est lyonnais (CFEL) en transport en commun en site propre. Sur le plan précédent, il était prévu une voirie, la LY6, de 40 m de large. Ensuite, une autre bataille s.est enclenchée au Conseil général, pour préserver le transport de marchandises sur la voie, en y mettant beaucoup d’argent, jusqu’à la moitié du prix de transport à un moment donné. Cette décision, qui relève d.une volonté politique, a permis de garder des trains qui circulaient, d’éviter que la ligne ne soit désaffectée. C.est une action qui est donc partie de Villeurbanne avec le soutien de la Ville de Lyon puis du Conseil général qui a parfaitement joué son rôle.

Le site du CFEL a donc été préservé d.une occupation par les voitures mais comment en est-on arrivé au tramway ?

La deuxième grande bataille s.est faite lors de l’élaboration, en 1996, du premier plan de déplacements urbains (PDU). Dans une discussion avec Christian Philip, alors Président du SYTRAL, nous avons accepté de le voter à la condition que la ligne de chemin de fer de l’Est soit classée en axe fort. Quand j.ai été élu Président du Sytral, nous avons décidé de réaliser enfin ce projet qui remonte à 30 ans.

Quelle conséquence cela a-t-il eu sur l’urbanisme ?

C’est la première fois que se construit une ligne de transport en commun avec possibilité d’urbanisation de chaque coté : avec Lea nous anticipons réellement sur les perspectives de développement tant démographiques qu’économiques. Ainsi, par exemple, Décines restructure son centre ville dans de meilleures conditions, Villeurbanne devrait gérer au mieux certains terrains autour de la gare, le Carré de Soie pourra se développer. On voit bien que ce projet est structurant pour toutes les communes traversées et que les transports en commun sont un facteur de développement et un vecteur de lien social.

Quelles sont les attentes au niveau des transports de voyageurs ?

Aujourd.hui, l’estimation est de 20 000 voyageurs/ jour mais on sait bien que la progression sera très rapide car on a pris soin de créer 6 nouveaux parcs relais le long de cette ligne. Surtout, toute une population habitant le nord Isère va venir garer sa voiture à Meyzieu ZI pour prendre le tram jusqu’à Part-Dieu ou rejoindre le métro à Laurent Bonnevay. On voit que Lea est à la fois une ligne de desserte locale mais qu’elle intéresse aussi toute une zone à l’extérieur de l’agglomération avec une complémentarité voiture/transports en commun.

Comment répondre à la question du financement de cet équipement pour des territoires qui en sont loin mais qui en sont bénéficiaires ?

Le problème c.est que le Sytral assumera le déficit d’exploitation. Si je prends l’exemple du parking de Meyzieu, nous le payons et il va être utilisé en grande partie par des gens qui habitent dans l’Isère. Ce n.est pas normal. Personne n’a vocation ici à payer les impôts à la place de l’Isère. Il faudra bien que les élus de ce secteur le prennent en compte.

Comment va fonctionner la desserte d’Eurexpo ?

Dés la fin de l’année, on mettra en place un réseau provisoire de navettes : du Carré de Soie, elles mettront 5 mn pour aller à Eurexpo.

L’accord qui s’est fait sur un tracé de Leslys a suscité des critiques.

Le tracé de Leslys sortira effectivement du tracé du CFEL avant Pusignan pour aller à l’aéroport. Cela n’empêche que la ligne des chemins de fer de l’Est continue par la suite. Des associations comme Parfer veulent qu’on continue le tramway Léa jusqu’à Pont de Chéruy. J.ai toujours dit que j’y étais favorable. Le problème est de savoir qui paye. Mais ce n.est pas Leslys qui peut gérer ça. Leslys, c.est une desserte rapide de l’aéroport avec des rames spéciales et un coût spécifique: 5 ou 6 fois le prix du ticket de métro. Les voyageurs seront assis, avec un aménagement pour les bagages. C.est complètement différent d’un transport urbain.

Propos recueillis par Laurent Jauffret

 

2 Réponses à “Bernard Rivalta : inauguration de Lea”

  1. chattelée jean pierre

    pardon de me servir de se site qui n’a aucun rapport avec le sujet qui me préoccupe, mais les faits étant d’une gravité extrême, je me doit de vous exprimer mon soutien sans réserve et suis prêt a vous soutenir sans condition dans toutes actions que vous mènerez en réponse, l’intervention de la police
    municipale de MEYZIEU en vers des militants de votre parti sur le marché de cette ville.

  2. un annonime par la force des choses!

    que de bon buffet pour monseigneur rivalta! on le voit partout et surtout lors des multiples inaugurations a sltc! les economies de budget du fonctionnement du sytral c est pour quand? quand on regarde les changements d horaire de lignes depuis la mise en place du tram t3 sur meyzieu on se demande combien coute tout ça!